Rivery accueille le premier collège HQE de la Somme

Rivery accueille le premier collège HQE de la Somme

 

 

 

 

 

Cet été à Rivery, près d’Amiens, le collège Jules-Verne a vécu l’une des dernières phases de sa reconstruction, entamée début 2014 sur décision du conseil départemental de la Somme. Le nouvel établissement, conçu par le cabinet d’architectes Ranson-Bernier, est le premier collège du département à être certifié « haute qualité environnementale » (HQE). Mineral Service a participé à l’aventure.

 

Chaudière à bois, système de récupération des eaux de pluie, toitures et murs végétalisés sont quelques-uns des éléments clés qui font du nouvel collège Jules-Verne de Rivery un établissement qui se veut respectueux de l’environnement et peu énergivore. Esthétiquement, il convient de saluer l’élégance du moucharabieh qui habille la façade et dont les motifs se prolongent jusqu’au sol du parvis extérieur et de la cour intérieure. Un effet obtenu grâce au savoir-faire de Mineral Service, convoqué dans le cadre de l’aménagement des espaces extérieurs du collège, dont la maîtrise d’œuvre était confiée à l’agence de paysages DSM.

Pas moins de 3 500 m2 ont été ainsi transformés, recouverts en partie avec du béton sablé – travaillé avec une matrice particulière –, et du béton désactivé, sur une même formule de base, mais avec deux traitements de surface différents. « La technique permettant de faire du sablage avec des matrices métalliques a été mise au point par nos soins il y a plusieurs années, rappelle Sébastien Bonnaffé, conducteur de travaux chez Mineral Service. Ce n’est donc pas la première fois qu’on utilise cette technique du pochoir ; mais avec un motif de cette taille là, si ! Au préalable, nous avions réalisé une planche d’essai conséquente de 35 m2, soit à l’échelle 1/1 et présentant un motif complet de la matrice. » Créé à partir des plans originaux du moucharabieh imaginé par l’architecte, grâce à une découpe laser, le pochoir en tôle d’acier a offert une très grande précision du dessin, obtenu par le biais d’une opération de sablage : « Nous avons sablé après avoir posé les tôles au sol, explique le représentant de Mineral Service. Sur les zones ouvertes, le béton est forcément “agressé” ce qui fait affleurer les cailloux ; les zones masquées restent lisses, ce qui donne le motif. »

La principale difficulté a résidé dans le fait que tout le calepinage au sol a été conçu en étroite relation avec le bardage du bâtiment (impliquant un effet d’alignement), ce qui a nécessité une minutie particulière dans les implantations opérées par les équipes de Mineral Service. Il a aussi fallu se coordonner avec tous les autres corps de métier amenés à intervenir sur le bâtiment et ses environs : « Étant donné que nos bétons sont très qualitatifs, nous ne pouvons avoir de fortes cadences, car il nous faut équilibrer la cadence de coulage avec celle de sablage. Pour respecter les délais, nous avons dû travailler zone par zone, ce qui nous a imposé d’être d’autant plus précis. » De fait, la mission fut accomplie avec succès !

Le chantier de Rivery a été aussi l’occasion, pour Mineral Service, de se rapprocher d’un nouveau, installé dans la région : Eqiom. « Je suis allé à leur rencontre, raconte Sébastien Bonnaffé. C’est une habitude nécessaire, dès lors qu’on ne se connaît pas, pour bien mettre au point les formulations bétons et avoir toutes les chances de notre côté. On dit toujours que c’est une “affaire d’hommes”, or là, nous avons rencontré les bonnes personnes ! » Parmi les atouts d’Eqiom, notons la proximité de la centrale par rapport au chantier – ce qui induisait des temps de route réduits, d’environ quinze minutes, appréciables en période estivale – et la qualité de ses installations, conçues il y a deux ans seulement. « Du fait du traitement mécanique, il nous fallait des bétons frais qui ne montent pas trop vite en résistance. Nous avons travaillé ensemble la formule et le ciment dans ce sens. »

Débutée en juin, l’intervention de Mineral Service s’est échelonnée jusqu’à la fin du mois d’août afin que tout soit prêt pour la rentrée. Reste deux zones situées sous un préau intérieur ; d’ores et déjà coulées, elles ne pourront être sablées avant les vacances de la Toussaint, car elles sont occupées, pour quelques semaines encore, par des intervenants du second œuvre. D’ici là, Mineral Service aura mis au point une technique pour pouvoir sabler à l’intérieur du bâtiment, tout en minimisant les rejets de poussière.