Jouez la carte de la patine !

Jouez la carte de la patine !

 

 

 

 

 

 

Apporter une touche de couleur à un béton juste posé ou bien donner un coup de jeune à un matériau ancien, sans entreprendre de gros travaux, c’est possible grâce à l’application d’une patine particulière, technique maîtrisée et éprouvée par Mineral Service depuis plusieurs années. Courson, Blainville-sur-Orne et Tourville-sur-Odon, dans le Calvados, ou encore Rigny-Ussé, en Indre-et-Loire, en ont déjà fait l’heureuse expérience.

 

Une grande stabilité face aux UV, à l’entretien, à la circulation et autres agressions, tel est l’atout majeur de la technique proposée par Mineral Service. S’appuyant sur un produit développé par le fournisseur de bétons décoratifs Moderne Méthode, celle-ci permet de travailler un revêtement déjà existant, comme des éléments de mobilier urbain. « Il ne s’agit pas d’un vernis : rien ne change quant à la texture, précise Florian Helie, qui dirige l’agence Basse-Normandie de Mineral Service. C’est quelque chose de très liquide, composé d’éléments qui provoquent une réaction chimique et ouvrent naturellement les pores du ciment. Le colorant, présent dans le produit, va alors migrer et être intégré à vie dans le béton. Chaque dessin est délimité par de tout petits traits de scie, car de simples bandes de masquage n’empêcheraient pas le produit de passer en dessous. »

Parmi les opérations d’envergure menées à l’aide de cette technique, citons l’aménagement, durant l’été 2015, du bourg de Courson, dans le Calvados, dont la maîtrise d’œuvre avait été confiée au bureau d’études VRD Services. « Nous étions mandatés, en tant que sous-traitants de la société Colas, pour refaire tous les trottoirs du village en béton désactivé, se souvient Florian Helie. Sa formulation comprenait un petit caillou blanc-gris (calibre 4-10), extrait de la carrière de Barenton, située dans la Manche voisine. Une fois les 500 m2 de bétons désactivés réalisés, nous sommes venus dessiner, à la demande de l’architecte et sur toute la longueur des trottoirs, des bandes de patine aux tons bruns, de 20 cm de large et légèrement en courbe. » Soit 200 m2 linéaires offrant un contraste visuel aussi fort qu’original. Pour ce projet, l’architecte s’était inspiré d’une autre réalisation menée par Mineral Service, deux ans auparavant, à Blainville-sur-Orne (14). « Nous avions aménagé toute la place de l’église en béton désactivé, soit plus de 2 000 m2, et dessiné des marquages de places de marché, de circulation, etc., avec des patines. » Plus récemment, c’est à Tourville-sur-Odon (14), ainsi qu’à Rigny-Ussé, près de Tours, que les équipes de Mineral Service ont mis à profit ce savoir-faire, notamment pour délimiter au sol des emplacements de véhicules. « Au lieu d’utiliser une peinture blanche, on vient marquer avec un petit pochoir une nuance de couleur. Ce n’est certes pas conventionnel, mais ça a l’avantage d’être ineffaçable. » Un atout qui s’accompagne de contraintes, car le produit, dont l’application manuelle nécessite une grande concentration, ne laisse tout simplement pas le droit à l’erreur ! « C’est une technique sensible, confirme Florian Helie. Si une tache de peinture peut être nettoyée ou décollée d’un béton le lendemain, une tache de patine est aussi instantanée qu’indélébile. Pour l’enlever, il faut casser le béton ! » Une technique qui constitue, en définitive, un moyen des plus efficaces de mise en valeur durable de revêtements en béton, qu’ils soient anciens ou neufs. À bon entendeur…